[présentation persos] ADCP avec extraits

Bonjour,

 

Je voulais faire une petite présentation des personnages de ma dernière nouvelle: L’aventurière du chômage perdu.

Vu qu’on parle d’une comédie romantique, vous comprendrez que les personnages sont haut en couleur, comme Lily.

geek

Lily Dubelay :

J’étais pas mal. Enfin, j’avais fini par le croire à force que mes proches me le rappelaient. J’étais juste… nature et pas attirée par les complications du maquillage, habillage et rembourrage artificiel. Je ne portais pas de fringues sophistiquées, je ne faisais pas de sport à outrance si ce n’est de la danse et du combat à l’épée pour me défouler… En fait, la meilleure définition de ce que j’étais m’avait été donnée par un ex rabroué pour son goût prononcé pour le foot et les voitures de luxe : j’étais une geek. Ou geekette, comme je lui avais répondu. Après tout, je restais une fille.

Mon monde était peuplé de livres, jeux vidéo, films fantastiques, séries et jeux de rôles avec les potes. Oui, je sais. Les jeux de rôles ont une réputation terrible et démoniaque de gens qui se réunissent pour sacrifier des chatons au nom de Satan ! Bizarrement, je n’ai jamais vu de chatons à nos soirées, et mis à part de la bière, nous ne sacrifions que quelques heures de notre temps en crises de fous rires et actes virtuels et héroïques. Nos instruments de torture ? Du papier, des dés et des neurones. Nos rites les plus violents ? Balancer du popcorn sur le voisin. Bref.

Najim Douady

coupe-de-cheveux-tendance-2015-pull-bleu-yeux-bleus-cheveux-blonds-homme-moderne

Monsieur Douady était un bel homme d’une trentaine d’années, les cheveux légèrement longs sur la nuque et blondis par le soleil. De petites lunettes rondes cachaient difficilement de grands yeux d’un turquoise des mers du Sud et une peau tannée par ce même soleil qui semblait l’accompagner partout. Mais le clou du spectacle nous était offert lors de son énervante habitude de tourner dans la classe tout en parlant. Du moins, était-ce agaçant pour moi, la mauvaise élève, qui écrivait en douce des morceaux de mon futur roman pendant ce cours. Les autres filles se pâmaient devant ses fesses rebondies et fermes. Même moi, je trouvais qu’il avait un cul à damner une sainte. Sa grande taille, son air sévère et sa Harley en avaient fait la mascotte des greluches soupirantes aux mini-jupes raccourcies par le désir et aux sourires glossy aussi artificiels que leurs cheveux laqués

(…)

Malgré ma distraction chronique et mon cerveau carburant sur d’autres sujets que sa matière, je remarquais son air encore plus renfrogné et son agressivité prononcée. Il sentait le sable chaud version « je vais vous cramer la gueule, parce que pas content».

 

J’espère que ça vous aura amusé. Bonne journée !

Lire le début (application gratuite)

Pour l’acheter dans un autre format que celui d’amazon, contactez moi sur mj.romaley@gmail.com

[extrait] ADCP

Bonjour !

ADCP ? Mais qu’est-ce que c’est donc ce truc ? Comprenez, l’Aventurière Du Chômage Perdu.

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de ma dernière nouvelle de comédie romantique. C’est un délire qui traînait dans mes tiroirs depuis longtemps. Ou, une sorte de défouloir plutôt, donc reprenant des détails réels.

Comme Lily, l’héroïne, je vis des aventures plus ou moins traumatisantes avec notre chère Administration qui ne comprends pas le statut des artistes (bon, moi je ne suis que écrivain, mais c’est un peu le même combat pour tous ceux qui créent). Certains moments étaient tellement surréalistes que je ne pouvais mettre tout ça que dans une comédie. Ensuite, vous me connaissez. J’adore ajouter une petite romance dans le tout, donc j’ai allié les deux.

Najim Douady et son physique hors du commun (je ne parle pas du caractère) est inspiré d’un ex petit ami absolument génial avec qui j’ai perdu le contact. Voici un peu ma façon à moi de le remercier pour les six mois doux dingues qu’on avait passé ensemble et surtout sa patience et sa gentillesse qui m’a appris que tous les mecs n’étaient pas des ordures. Si, si! Je vous jure. Il existe ce genre de perles rares, j’en ai même épousé une (à moi ! Pas toucher!).

Le centre de formation… Je vous dirais juste qu’il ne faut pas généraliser. J’ai été particulièrement gâtée cette année là, mais toutes les écoles ne sont pas les mêmes et il y a encore des gens qui font leur boulot avec foi et passion.

Voilà, je ne voulais pas m’épancher, puis finalement, j’écris des tartines. Désolé. Place à l’extrait. J’espère qu’il vous plaira.

Cette scène est tirée du début de la nouvelle, lors de la remise de la première note en français. Raconté du point de vue de Lily.

— Mademoiselle Dubelay, venez ici.

Je frémis de colère. Lorsque je suis stressée, je réagis de deux manières : j’agresse ou je pleure. Pas de chance, j’étais en mode « rage berserk à venir ». Cornecul ! Ce mec me parlait comme à un chien et me fusillait du regard comme si j’avais commis un crime impardonnable. C’était injuste ! J’avais peut-être un peu négligé la matière, mais pas à ce point-là ! Il me tendit la copie où une seule chose ressortait, un zéro, rouge, énorme, vissé en haut du papier et ornant mon nom d’une couronne sanglante. L’œil terrible de Sauron était sur moi.

Ma respiration se bloqua.

— Zéro ? m’exclamais-je stupidement

— Oui mademoiselle, dit-il froidement en ramassant ses affaires. Zéro, parce que je ne supporte pas la tricherie et que rajouter quelques fautes d’orthographe n’a pas suffi à cacher votre plagiat.

Je restais stupéfaite. Je m’étais attendue à beaucoup de choses, mais pas à cela.

— Plagiat ? soufflais-je d’une voix que je ne reconnus même pas.

— Oui, plagiat. Cela signifie copier. Et il est évident que vous n’avez pas écrit ce devoir, qui est d’un niveau bien supérieur à vos capacités. C’était vraiment stupide de votre part, finit-il en me fusillant d’un regard bleu glacier.

« MODE BERSERK ENGAGE » s’exclama mon cerveau. Pourtant, je ne criais pas, je ne cassais rien, je mesurais même le moindre de mes gestes pour ne pas exploser. Avec une lenteur exagérée, mais nécessaire, je reposai la copie sur la table. À travers mes dents serrées, je ne murmurais qu’une seule chose.

— Lisez mon dossier et notez-moi à nouveau.

— Et pourquoi ferais-je cela ?

Je le fixais, mode « regard assassin ». Il fronça les sourcils et je m’en allais sans rien dire. GAME OVER.

 

 

À bientôt pour d’autres extraits, si toutefois vous en voulez plus 😉

 

Bisous !

Lire le début (application gratuite)

Pour l’acheter dans un autre format que celui d’amazon, contactez moi sur mj.romaley@gmail.com

 

 

[dédicace] Livre Paris

Bonjour à tous,

Un petit article pour vous confirmer ma venue à Livre Paris 2017 (ex Salon du Livre de Paris).

Voilà cinq en que j’y participe avec grand plaisir, entre rencontres, échanges et la fête du samedi soir ! Cette année, je ne serais pas sur le stand de Rebelle éditions, mais sur celui de Juno Publishing, en partenariat avec Sidh Press, afin de dédicacer TBM, ma comédie romantique, ainsi que le recueil « Premier Amour ». Les horaires ? De 13 à 14h, soit juste avant la dédicace de Cassandra O’Donnell, ce qui veut dire… Que je vais vous retrouver dans la file d’attente 🙂

C’est encore un magnifique salon qui s’annonce. Comme toujours, il y aura des goodies pour chaque lecteur et des tagadas (parce qu’aussi non, ce ne serait pas une dédicace, non ?).

Concernant le déplacements et les frais engendrés, je vous rappelle que vous pouvez m’aider, ne serait-ce qu’avec un euro, sachant qu’exceptionnellement, même les plus petites sommes auront droit à la publication mensuelle spéciale pour les tippeurs. Sachez aussi que l’acte 4 des Changelings est offert à partir du rang de Gardien et que des nouvelles concernant les personnages de l’Âme de la Nuit vont bientôt paraître. Donc, de belles contreparties à venir.

https://www.tipeee.com/maria-j-romaley-romanciere-de-l-imaginaire

En conclusion, vivement le salon du Livre ! Je vous réserve de belles surprises.

 

Merci à tous 🙂

#LoveRomance le mois de la romance !

Bonjour à tous !

 

J’ai la grande chance d’avoir été sélectionnée pour participer au grand évènement « Read a romance Month », organisé par le site « Les Romantiques » et créé en 2013 par la journaliste freelance et avocate de la Romance Bobbi Dumas. (pour en savoir plus, cliquez ici )

En quoi ça consiste ? C’est un partage, un échange de points de vues partant d’un texte écrit par l’auteur à l’honneur et sur lequel il débattra avec les lecteurs. Mais c’est aussi plus. Concours, goodies, conseils de lecture… Faite votre liste, sélectionnez vos envies et lisez ! On est là pour ça. Découvrez les perles de nos auteurs français et passez le mois, sourire aux lèvres.

Pour ma part, je serai à votre disposition le 10 août, non seulement pour vous parler de Thérapie Bleu Maya, mais aussi de tout ce qui m’a mené à la romance. J’attend avec impatience d’échanger avec vous !

 

Les articles paraîtrons ici au fur et à mesure. Quant à moi, je vous ajouterai le lien direct vers mon blabla passionné, promis !

 

L’évènement FB pour ne rien rater.

À très bientôt !

 

Chroniques romance

Thérapie Bleu Maya (frères Sinclair 1)

Sur Place to be :

« Je me suis tapée des fous rires pas possible, Maria a vraiment un sacré sens de l’humour. Rajoutez à ça une petite intrigue policière et vous aurez un super livre qui se lit trés rapidement. »

Les lectures de Kriemhild : un 5/5 !

« Un livre hilarant, émouvant, avec une touche d’action. Le mélange parfait du roman réussi ! »

Chez mille et une pages :

« La lecture de cette histoire est à la fois fluide et dynamique, sans oublier l’humour piquant avec des dialogues et expressions très drôles. Et des personnages tous plus attachants les uns que les autres ! Un très bon moment de lecture »

Sur Lire une passion :

« En résumé, une romance toute fraîche, drôle, sans prise de tête et tout mignonne. Les deux personnages principaux apprennent à se connaître, s’appréhender tout en douceur, et du coup, tout cela paraît très réaliste. »

Chez Millilivre :

« Une jolie petite romance haute en couleurs qui nous change de ce qu’on peut voir ces derniers temps, j’ai passé un très bon moment! »

Sur les Reines de la nuit :

« Un agréable moment de lecture qui mêle habilement amour, amitié, humour et intrigue. »

 

 

 

Extrait Thérapie Bleu Maya

Un petit cadeau pour vous motiver ^^

pour replacer le passage : Lyam est l’aîné. Son petit frère, Luke, a récemment débarqué et l’aide à se reprendre en main. Le van de Dharma est tombé en panne. Elle vient donc en moto. (la « pupille » c’est Sarah, la jeune fille que Lyam a aidé après la mort de ses parents et que Dharma a eut comme cliente)

Lorsque le rugissement d’une grosse cylindrée résonna sur la route peu fréquentée et se dirigea vers eux, les frangins n’en crurent pas leurs yeux. Une splendide Harley Davidson, un vieux modèle de collection apparemment, pila devant eux. En descendit une créature sexy en diable, vêtue de cuir noir moulant, mettant parfaitement en valeur ses formes délicieuses. Lorsqu’elle ôta son casque, ils découvrirent, hébétés, les boucles blondes de la décoratrice. Elle les observa un instant, amusée par leur mines d’ahuris.

 Bonjour les frères Sinclair ! Vous avez vu une navette spatiale débarquer une cargaison de vaches mutantes ou quoi ?

Lyam fut le premier à se reprendre et referma la bouche avec un claquement sec, cherchant une excuse valable à sa réaction autre que…

 Par le maillot de bain de Pamela Anderson ! Qu’est-ce que t’es canon en motarde ! s’exclama Luke. Crois-moi, ça valait le coup de renoncer à la grasse matinée de mes rêves rien que pour ça !

Lyam laissa tomber sa tête entre ses mains, mort de honte, incapable de croire que son frère ait pût dire cela avec autant de franchise.

 Hum ? Je crois que je peux prendre ça comme un compliment, rit-elle.

Luke se releva et lui fit la bise, aussi naturellement que s’il rencontrait une vielle amie. Lyam se dit qu’il devait sembler bien coincé par rapport à son frère, lui qui n’était même pas capable de s’adresser à elle sans la vouvoyer. D’ailleurs, elle lui fit un petit geste de la main et s’en tint là pour les salutations, attisant involontairement la jalousie du kiné. Elle se déchargea de son gros sac à dos plein et le donna au militaire puis se retourna pour se pencher sur le coffre de selle de sa moto.

 Oh, bordel ! laissa échapper le docteur.

La vue était encore plus captivante de ce côté là. Dharma avait des fesses d’une rondeur parfaite tellement tentantes, qu’elles auraient dût être interdites par une quelconque loi. Pouvait-on qualifier ça d’attentat à la pudeur ? se demanda-t-il brièvement. Même pas. Dire qu’elle était habillée et qu’elle lui faisait déjà autant d’effet ! Il sentit aussitôt cette chaleur devenue familière l’envahir et se traita intérieurement de tous les noms d’oiseau que sa pupille lui avait apprit.

 Voilà comment ça va se passer, reprit-elle en tendant de larges rouleaux de scotchs au kiné. On va bâcher les sols pour commencer. Je suis tombée en panne de voiture, donc j’ai un ami qui va passer me déposer la peinture d’ici à ce qu’on finisse. Puis on attaquera le gros du boulot et si tout se passe bien, ce soir, le bureau aura prit des couleurs. Des questions ?

Luke allait ajouter une remarque salace, Lyam le voyait venir comme le nez au milieu de la figure. Il avait cette étincelle dans l’œil et ce sourire de canaille qui ne trompait pas.

 Tu vas bâcher les sols dans cette tenue ?

Gagné. Décidément, son frère ne savait pas se tenir. Dharma se retourna pour lui faire face, amusée.

 J’ai une tenue de bricolage bien plus confortable.

Luke fit aussitôt sa moue de gamin boudeur.

 C’est pas juste !

Elle le regarda et éclata de rire. Lyam leva les yeux au ciel. Voilà qu’ils recommençaient : les deux s’entendaient comme larrons en foire et cette complicité le rendait dingue.

 Je garde ma tenue de motarde si tu me promets un truc, fit-elle avec malice.

 Tout ce que tu veux ! répondit-il aussitôt.

Elle le regarda avec un air de conspiratrice.

 Tu viens avec ton frère dimanche matin chez moi et tu fais des crêpes pour tout le monde.

Lyam faillit intervenir en précisant que Dharma vivait avec la totalité de sa famille – donc qu’il faudrait qu’il cuisine pour huit personnes – mais fut stoppé par le regard complice qu’elle lui jeta.

 Et tu gardes ton pantalon en cuir ? répondit Luke en tombant dans le panneau.

 Oui, du moins jusqu’à ce qu’on attaque la peinture. C’est le genre de tenue qui coûte beaucoup trop cher pour risquer de l’abîmer ainsi.

 OK, bien sûr ! s’exclama-t-il avec un grand sourire. On a un deal !

L’heure qui suivit fut extrêmement pénible pour Lyam. Ce qui avait commencé par une blague devint un véritable supplice pour le docteur qui dût supporter la vue délicieuse de sa décoratrice moulée dans le cuir noir de son pantalon et la drague lourde de son frère. Il avait de plus en plus des envies de meurtres et était agacé par leurs échanges de répliques cocasses. Les deux s’étaient trouvés un goût commun pour les jeux de mots et s’échangeaient, tout en travaillant, leurs expressions les plus épicées.

 « Ça m’en touche une sans faire bouger l’autre », cita Luke.

Dharma pouffa et s’emmêla les pinceaux avec le scotch.

 Je ne la connaissais pas celle-là ! Elle est excellente.

 J’en ai des tonnes des comme ça. Celle-là, je l’aime bien : « C’est une expérience de stupidité artificielle ? »

 Pas mal ! J’ai un pote geek, elle lui plaira. À mon tour ! Euh… Ah, oui ! Une expression piquée à Sarah : « Espèce de moule trop cuite au beurre avarié ! ».

Luke éclata de rire et l’aida à se dépatouiller de la bande adhésive récalcitrante.

 La gamine parle comme ça maintenant ? s’étonna-t-il. À quinze ans, elle était tout juste capable de balbutier un « bonjour » timide.

 Ça c’était parce qu’elle était raide dingue de toi, comme toutes les femmes de la région entre quatorze et quatre-vingt quatorze ans, marmonna Lyam.

Le militaire bomba le torse, un sourire suffisant sur le visage.

 Eh ouais ! Y’a pas plus canon que moi dans le coin, se vanta-t-il.

Voilà un court extrait. SI vous voulez la suite, c’est par là

Bisous !

ADLN4 sortie le 17 mars

Bonjour,

C’est avec beaucoup d’émotion que je vous annonce la sortie du DERNIER tome de ma saga l’Âme de la Nuit qui clôt les aventures de Tara.

Voici la couverture réalisée par Karen de Rebelle éditions. Merci beaucoup pour sa patience, son écoute et son talent. ❤

ADN 4 1500 RVB

Donc, oui, c’est fini après six ans. Toutefois, je ne compte pas m’arrêter là. J’aime beaucoup trop ce monde pour ça!

J’ai donc décidé d’explorer le reste, d’abord grâce aux Gargouilles, ces magnifiques statues qui s’animent grâce à l’amour d’un humain un peu spécial.Vous y rencontrez Sarah, personnage qui apparait aussi dans ma romance Thérapie Bleu Maya (Sidh Press 6 avril 2016) et Guéric, notre Gargouille sexy, ancienne statue d’ange (forcément !).

La poupée brisée

Ensuite, avec les Changelings. Vous y retrouverez les personnages de Loucas, le métamorphe sous la protection d’Aodren (d’ailleurs, vous vous souvenez le jeune serveur dans la scène du bar dans le tome 1? Et oui! Vous le connaissiez depuis le début ) et de Rosa la Phénix, la gérante de la boîte « Dernier bar avant la fin du monde » du Sanctuaire que l’on croise tome 3.

Changeling Acte 1 pour Publication WEB

 

 

 

 

Le dernier petit cadeau avant de vous dire au revoir, le 4eme de couverture:

La guerre est là. Les évènements de Notre-Dame ont eu des conséquences funestes pour les deux camps et l’entrée en scène des humains dans le conflit, aggrave les choses.
La course contre la montre s’engage pour les deux soeurs. Elles doivent réunir au plus vite leurs armées pour l’affrontement final.
Les frontières entre le bien et le mal se brouillent et à l’heure du dénouement, le doute s’installe.
Découvrez la fin de la saga de l’Âme de la Nuit et trouvez des réponses à toutes vos questions dans un dernier acte haletant.
« Comme à chaque fois, Maria J. Romaley nous entraîne dans son monde unique et merveilleux et, comme à chaque fois, le charme opère. À lire et re-lire sans modération! » Cassandra O’Donnell.

 

Merci encore à Cassandra pour son soutien. D’ailleurs, si vous ne connaissez pas Rebecca Kean, Malenfer, les soeurs Charbrey… Foncez!

À bientôt ! Je vous parlerai du salon du livre de Paris et des surprises que je vous réserve 🙂