Lettre d’une maman confinée jour#15

Avertissement : Ne cherchez pas de lettre entre le jour 10 et le 15, j’ai fait grève. Comment ça je n’ai pas le droit parce qu’on est en pleine pandémie ? Ce serait honteux et irresponsable malgré la mise en danger de ma vie ? Hum… C’est vrai que pour moi, ça va. Mis à part tomber de ma chaise, je ne risque pas grand chose. Mais ceux qui sortent bosser sans protections, eux ont bien raison !

Bref. Que s’est-il passé ces derniers jours ?

Une licorne s’est installée chez moi. Je ne sais pas à quel moment elle est entrée, vu que la porte est quasiment toujours fermée et qu’une tonne de trucs s’entassent devant. En effet, on ne descend plus les poubelles tous les jours et vu qu’on retourne la maison pour trier, bricoler etc… autant dire que le voleur qui tenterait d’ouvrir notre porte se retrouverait dans le plus mortel des pièges, digne de « Maman j’ai raté l’avion ».

Donc, la licorne. Oui, messieurs dames, une vraie avec des cheveux multicolores, qui pète des arcs en ciel et rote des paillettes. Bon, j’avoue, elle ressemble un peu à ma fille, mais je ne suis pas sûre. Elle trottine, hennit et secoue sa crinière. Dans son écurie au bout du couloir, elle cohabite avec une horde de lapins immobiles qui vous jugent du regard dès que vous osez entrer sur son territoire. L’odeur du lieu oscille entre senteur putois et délicate fleur de prout. J’ai essayé de lui expliquer qu’il fallait aérer l’endroit de temps en temps, mais un lapin m’a chassé avec ses yeux rouges et ses dents acérées, il a essayé de me mordre. La chambre au fond du couloir est devenu une zone sinistrée. J’ai peur que les bêtes essayent de conquérir le reste du territoire. Priez pour nous.

Les voisins ne savent pas à quel point ils sont proches de l’extermination. Oui, juste les tuer, ce serait pas assez. Un bon petit massacre à la scie électrique (je n’ai pas de tronçonneuse) avec passage de leur appartement au lance-flamme (pschitt + briquet), ça, c’est beaucoup plus classe. De plus, ce serait un merveilleux exemple pour les voisins du dessous qui essayent de remonter au classement des incivilités par musique pourrie, ou dispute, ça dépend de l’heure. Le règne par la terreur ? Un peu. Il faut du spectaculaire pour que les gens percutent, sinon, leurs neurones ne se connectent pas. Concon2020 a fait un boulot incroyable avec nos générations. Du travail d’orfèvre.

Mon fils a plein de cheveux, longs, épais, bouclés…. Il faut que je lui fasse des tresses, ça m’obsède. Je peux peut-être le convaincre en abordant ça comme « essai de coiffure viking ». Métalleux et Viking c’est compatible, hein, hein ! J’ai des perles tête de mort. Oh, oui ! J’en rêve déjà.

L’ennui ? Non, pas du tout. J’ai des tonnes de choses à faire, mais je suis comme une plante : sans soleil, je dépéris. Donc, sans ma balade dans ma bien aimé garrigue, j’ai la créativité d’une moule dyslexique sur son lit de mort. Déjà, je recommence à tenir ce journal, c’est un premier pas, même si je ne garantis pas la régularité.

BILAN : Il reste 10 rouleaux de papier toilette, 3 paquets de café et plus un fruit ou légume. Je garde précieusement la salade pour la tortue. Je n’aurais jamais cru dire ça un jour, mais je veux du vert, du bio, du bon ! Rendez-moi mes marchés en plein air ! Marre des pâtes.

n ! Marre des pâtes.

Lettre d’une maman confinée #jour10

Mardi 24 mars. Oui, je sais exactement quel jour on est, pour une fois.

Une bonne nuit de sommeil, des mandarines (les dernières) et de la motivation, ça donne quoi ? Une maman prête à affronter les 17 ans de son fils.

Mince, c’était il y a si longtemps ? Pour ne pas faire trop honte à mon grand, je vais effacer toute la partie flashback du texte. Qui voudrait savoir qu’il m’a fallut trois jours pour accoucher et tous les détails qui vont avec, ou bien la jolie bouille de mon bébé à la naissance ? Je tiens quand même à préciser un fait (je n’en suis pas peu fière) : Mon fils a fait ses nuits à quatre semaines. Je l’aime. Gnanana ! Les parents comprendront. Non, ne soyez pas si jaloux, depuis il se réveille à 6 h tous les jours. Il a franchit la barre des 7h récemment avec même des jours bénis à 9h le dimanche !

Pour affronter cette journée, je suis partie en expédition. Je suis déterminée à trouver un gâteau, des bougies et tout ce qu’il faut pour fêter cela dignement (même s’il n’y aura pas de cadeaux, pas tout de suite). J’ai donc affronté UN GRAND MAGASIN !

C’était le paradis. Les rayons étaient pleins, peu de monde à la caisse, j’ai trouvé quasiment tout ce dont j’avais besoin… Deux heures de consommation effrénée dans une sorte de paradis stérilisé où je flottais de rayon en rayon pour remplir mon énorme caddie. Enfin, je n’ai pas flotté longtemps. Le ticket au montant outrageux m’a vite fait redescendre sur terre. Pourtant, je ne me suis payé que peu de fantaisies : un pack de heineken (pas terrible mais pas cher non plus), deux tablettes de chocolat pour les mômes et le gâteau d’anniversaire de mon grand bébé d’amour (il va hurler s’il lit ça). Je n’ai pas pris de viande ou de légumes et pourtant, j’ai payé plus cher que mes courses pour deux semaines. C’est la banquière qui va se frotter les mains avec les AGIOS.

J’avais ma petite attestation (la première version, on en est à la quatrième ou cinquième ?) et je n’ai croisé aucun contrôle sur la route. Des gens qui se promenaient en famille, poussette, trottinette ou déambulateur, pas plus inquiets que ça. J’enrageai dans ma voiture, mais je n’ai rien dit. À quoi bon? Les cons ça s’auto-immunise ou quoi ?

Bref, c’était pas la méga journée que j’avais imaginé pour les 17 ans de Lilian, mais il a bien mangé, il a été inondé d’appels et de « Bon anniversaire » sur facebook (merci à mes amis et lecteurs) et il est assez intelligent pour comprendre que la situation est exceptionnelle et qu’avec les outils technologiques actuels, il pouvait faire la fiesta sur discord (ils ont fait sauter le serveur ).

Mon petit cœur de maman aurait voulu plus, mais bon, il va bien, c’est tout ce qui compte. Une jeune fille de 16 ans est morte du covid19. Donc, non, ce n’est pas une petite grippe qui ne tue que les personnes âgées et les « fragiles » (viens me dire que je suis fragile, tiens !). C’est à prendre au sérieux alors :

RESTEZ CHEZ VOUS  !