Lettre d’une maman confinée #jour17

Ce matin, j’ai reçu une mise en demeure de mon chat.

Elle était posée sur mon ordinateur, gribouillée à la patte, quasiment illisible mais clairement menaçante.

« Si vous ne sortez pas au moins une demi-journée par jour, merci de régler immédiatement une facture supplémentaire pour squat illégal de ma propriété. Celle-ci est renouvelable à titre égal pour toute journée contrevenue de plus. »

Je soupçonne Princesse d’en être l’auteur. Pichu n’a que 6 mois. Il ne peut pas déjà savoir écrire et compter, car croyez moi, les chiffres sont salés. Voici la liste de ses demandes (une liste ! une LISTE !!!!!) :

-1h30 de câlins supplémentaire par chat et par personne (soit 6h de câlins de plus par jour)

-Une portion de croquettes de plus par chat et par gamelle (2 gamelles)

-Un sachet de Purina One supplémentaire par chat et par jour (merci de virer définitivement les boîtes de notre menu ainsi que toute autre marque. Beurk !)

-Un changement de litière par jour et par litière  (Voyons ! nettoyer nos litières tous les deux jours ! Quelle idée !)

-Un sachet de friandises supplémentaire par semaine.

-Une heure de jeu supplémentaire par chat et par personne (merci de concentrer vos efforts sur l’épuisement de la créature de six mois que vous m’avez imposé)

Et ce n’est qu’un extrait.

J’ai tenté de négocier. Elle me fait la tête. Elle se fiche qu’on soit en confinement. Trop c’est trop. Je vais devoir céder sous peine de représailles. La légende dit qu’elle est le génie qui a inventé les cacatov, ça vous donne une idée.

Les autres nouvelles :

Ma licorne a décidé d’attaquer le territoire de son frère sous l’impulsion de ses lapins maléfiques. Je crois qu’ils veuillent se frayer un chemin jusqu’à la cuisine pour voler les dernières carottes bio. Les portes de mes deux enfants sont face à face. C’est la guerre. Je vois voler des lapins kamikazes, des balles de pistolet nerf et des chaussettes sales. J’ai décidé de ne pas intervenir. Pendant qu’ils sont occupés, je peux essayer de gérer le chat. Princesse ne va jamais dans les chambres des mômes. Cela pue trop pour son nez délicat, donc elle n’a pas encore fait de réclamations de ce côté.

Maintenant, le fond du couloir fait tellement peur, que même les rats n’oseraient pas y aller. Oui, y compris celui qui squatte les poubelle en bas, qui n’a que deux pattes, un œil et une trace de pneu sur le visage. On dirait qu’il sort tout droit du film Mad Max. Quand j’ai voulu l’engager pour gérer la situation, il m’a rit au nez, est remonté sur sa moto hérissée de barbelés, et je ne l’ai plus jamais revu. Il attaque les mémés du quartier mais a peur d’une gamine Licorne-Garou de 12 ans ? Pfff ! Amateur !

Mon mari est toujours en télétravail. Se lever à 6h du mat et recevoir des coups de fil des magasins en panique dès 6h15, c’est pas humain. Pas pour moi qui suis à côté et qui ne suis même pas payée pour. Remarque, ce n’est pas plus mal, je peux continuer mes listes (j’en suis à une dizaine) et écrire plus de bêtises avant que les mômes se réveillent et reprennent leur guerre de tranchées.

Par contre, les voisins ne savent pas ce qui va finir par leur tomber dessus. Entre les hystériques d’en haut qui s’engueulent jusqu’à minuit (ils attendent d’avoir couché leurs gamines vers 23h, je leur accorde ça) et les hystériques d’en bas qui rappent (karaoké), hurlent à la lune et s’engueulent aussi (vers deux heure du mat, ils se sont répartis les heures ou quoi ?), nous sommes à deux doigts de la rupture. Je songe sérieusement à aiguiser les couteaux ou leur lâcher la Licorne-Garou dessus. Dommage que mon mercenaire-rat de l’enfer soit parti. Je lui aurait donné plein de boulot.

BILAN : J’ai déjà pris cinq kilos et si cela continue, je vais finir en fauteuil roulant. L’immobilité ne me va pas, j’ai une sciatique et une tendinite. Tout le côté gauche me fait souffrir. Mes vingt minutes de marche par jour me semblaient peu, mais en fait c’était tellement bien !

Le frigo se désemplit magiquement, ou c’est un coup des lapins. Je ne comprends pas. Je vais déjà devoir retourner en magasin. Au secours !

Les voisins sont en vie et nous aussi, mais jusqu’à quand ?

Lettre d’une maman confinée #jour16

Quand ton rêve devient réalité…

Bon, ce n’était pas le mien, de rêve. Pas du tout, mais celui de mon homme.

Si vous connaissez mon mari, vous savez qu’il a plein de passions : la moto, les couteaux, les tortues, les plantes, les jeux vidéos, les montres à gousset, l’aquariophilie… Il a donc un scooter (on est pauvre, vous avez oublié ?), quelques laguioles, un bébé tortue Corse… et deux petits aquariums 20 et 30L. Nous avons des crevettes et des rasbora brigittae (micro poissons) mais son grand rêve est d’avoir un vrai beau aquarium de 80L ou plus. Depuis deux ans, il a cherché tous les arguments de l’univers pour me faire craquer et il m’a eue en me promettant de mettre un X-wing à l’intérieur pour faire un thème Dagobah, raccord avec le couloir Star Wars.

Je sais, je suis faible.

Malheureusement, le budget nécessaire n’a jamais pu être mis de côté et le projet est encore en attente. Puis, aujourd’hui, il est parti descendre les poubelles. À peine cinq minutes plus tard, il revient, aussi excité qu’un gosse de cinq ans le matin de Noël. Attention, reconstitution de la scène :

-Maria ! Maria ! Y’a quelqu’un qui a abandonné un aquarium en bas ! Un gros en plus !

-…

Dans ma tête c’est « Nom d’une tartiflette sans fromage ! Il ne manquait plus que ça » Mon cerveau calcule le prix que ça va coûter entre le sac de graviers, les plantes, les poissons… Et ma terrible peur de l’aquarium cassé ressurgit. Ne me demandez pas d’où vient le traumatisme, mais je fais des cauchemars d’aquariums brisés et de poissons morts à chaque fois qu’on a un de ces trucs à la maison. Il m’a déjà fallut deux mois pour  ne plus voir de crevettes frétillantes d’agonies dans mes songes.

Pourtant, il s’agit de mon mari et son sourire lumineux à l’idée d’avoir enfin son grand aquarium vaut tout. Il sautille sur place, plein d’espoir…

-Super ! Vas-y !

Il repart après avoir embarqué mon fils pour l’aider. Maintenant que j’y pense, entre ce détail et le qualificatif « gros » j’aurais dû comprendre. Dix bonnes minutes passent et je commence à me dire que ça doit être vraiment un GROS aquarium. J’en ai la confirmation quand je les entends souffler et râler pour monter la bête.

Il y a 500m des poubelles à chez nous. Trois étages à monter. Ils portent un aquarium de 200L. Un mètre de long, 50cm de large et de profondeur. Un mastodonte cauchemardesque, massif et très dur à manœuvrer.

-Ça rentre pas.

Je ne sais pas pourquoi, c’est la première chose que je dis, avant même qu’ils n’arrivent à entrer la chose dans l’appartement.

-Mais si, t’inquiètes !

Évidemment, j’ai raison. Il est trop massif pour la place prévue dans l’entrée, ou dans le salon. En plus, il faut faire un meuble sur mesure pour pouvoir le poser. La déception est grande. Je n’ose pas lui dire qu’il aurait pu le mesurer avant de le monter, ni que son euphémisme de « gros aquarium » était vraiment trop évident.

Au final, la solution a été trouvée. Quelques palettes, du bricolage, et nous avons transformé la chose en vivarium pour la tortue. Elle est ravie. Elle ne fait même plus de bombes artisanales quand elle est fâchée. C’est dire ! Son ancienne cage trône désormais devant notre porte et je songe sérieusement à aller la proposer à nos voisins du dessus. Pour leurs gamines. Elles doivent avoir 4 et 1 an. À cet âge là, le confinement c’est plus la punition divine pour les parents irresponsables qui élèvent mal leurs gamins que l’âge de raison.

Alors ? Ça fait quoi de se rendre compte qu’on a créé des enfants capricieux et désobéissants ? Pas de crèche ou de maternelle pour les garder, les parents se prennent un juste retour de bâton. Pas de maîtresse pour se plaindre ou à blâmer pour le comportement des enfants. Personne à rendre responsable de ses propres bêtises. En effet, quand à minuit, tes mômes sont en train de hurler de fatigue et que tu préfères voir la fin de ton émission télé plutôt que de les gérer, il faut assumer de passer une nuit pourrie. Personnellement, leur faire respecter des horaires de leurs âges (couché à 21h max) ça me parait plus logique, mais va comprendre… En fait, c’est les parents que je mettrais volontiers en cage !

BILAN : des nuits courtes car monsieur travaille encore, même si c’est à la maison. 6h du mat, ça pique quand les voisins ont hurlé jusqu’à deux heures. J’ai des réserves encore bien remplies, même si je vais devoir aller chercher de l’eau et de la pâté pour chat. Mes félins dévorent comme des fous. Je ne sais pas ce qu’ils me préparent, mais en tout cas, ça ne sent pas bon (dans la litière non plus). Leur machiavélisme n’a pas de limite quand on squatte trop longtemps chez eux.