Lettre d’une maman confinée #jour16

Quand ton rêve devient réalité…

Bon, ce n’était pas le mien, de rêve. Pas du tout, mais celui de mon homme.

Si vous connaissez mon mari, vous savez qu’il a plein de passions : la moto, les couteaux, les tortues, les plantes, les jeux vidéos, les montres à gousset, l’aquariophilie… Il a donc un scooter (on est pauvre, vous avez oublié ?), quelques laguioles, un bébé tortue Corse… et deux petits aquariums 20 et 30L. Nous avons des crevettes et des rasbora brigittae (micro poissons) mais son grand rêve est d’avoir un vrai beau aquarium de 80L ou plus. Depuis deux ans, il a cherché tous les arguments de l’univers pour me faire craquer et il m’a eue en me promettant de mettre un X-wing à l’intérieur pour faire un thème Dagobah, raccord avec le couloir Star Wars.

Je sais, je suis faible.

Malheureusement, le budget nécessaire n’a jamais pu être mis de côté et le projet est encore en attente. Puis, aujourd’hui, il est parti descendre les poubelles. À peine cinq minutes plus tard, il revient, aussi excité qu’un gosse de cinq ans le matin de Noël. Attention, reconstitution de la scène :

-Maria ! Maria ! Y’a quelqu’un qui a abandonné un aquarium en bas ! Un gros en plus !

-…

Dans ma tête c’est « Nom d’une tartiflette sans fromage ! Il ne manquait plus que ça » Mon cerveau calcule le prix que ça va coûter entre le sac de graviers, les plantes, les poissons… Et ma terrible peur de l’aquarium cassé ressurgit. Ne me demandez pas d’où vient le traumatisme, mais je fais des cauchemars d’aquariums brisés et de poissons morts à chaque fois qu’on a un de ces trucs à la maison. Il m’a déjà fallut deux mois pour  ne plus voir de crevettes frétillantes d’agonies dans mes songes.

Pourtant, il s’agit de mon mari et son sourire lumineux à l’idée d’avoir enfin son grand aquarium vaut tout. Il sautille sur place, plein d’espoir…

-Super ! Vas-y !

Il repart après avoir embarqué mon fils pour l’aider. Maintenant que j’y pense, entre ce détail et le qualificatif « gros » j’aurais dû comprendre. Dix bonnes minutes passent et je commence à me dire que ça doit être vraiment un GROS aquarium. J’en ai la confirmation quand je les entends souffler et râler pour monter la bête.

Il y a 500m des poubelles à chez nous. Trois étages à monter. Ils portent un aquarium de 200L. Un mètre de long, 50cm de large et de profondeur. Un mastodonte cauchemardesque, massif et très dur à manœuvrer.

-Ça rentre pas.

Je ne sais pas pourquoi, c’est la première chose que je dis, avant même qu’ils n’arrivent à entrer la chose dans l’appartement.

-Mais si, t’inquiètes !

Évidemment, j’ai raison. Il est trop massif pour la place prévue dans l’entrée, ou dans le salon. En plus, il faut faire un meuble sur mesure pour pouvoir le poser. La déception est grande. Je n’ose pas lui dire qu’il aurait pu le mesurer avant de le monter, ni que son euphémisme de « gros aquarium » était vraiment trop évident.

Au final, la solution a été trouvée. Quelques palettes, du bricolage, et nous avons transformé la chose en vivarium pour la tortue. Elle est ravie. Elle ne fait même plus de bombes artisanales quand elle est fâchée. C’est dire ! Son ancienne cage trône désormais devant notre porte et je songe sérieusement à aller la proposer à nos voisins du dessus. Pour leurs gamines. Elles doivent avoir 4 et 1 an. À cet âge là, le confinement c’est plus la punition divine pour les parents irresponsables qui élèvent mal leurs gamins que l’âge de raison.

Alors ? Ça fait quoi de se rendre compte qu’on a créé des enfants capricieux et désobéissants ? Pas de crèche ou de maternelle pour les garder, les parents se prennent un juste retour de bâton. Pas de maîtresse pour se plaindre ou à blâmer pour le comportement des enfants. Personne à rendre responsable de ses propres bêtises. En effet, quand à minuit, tes mômes sont en train de hurler de fatigue et que tu préfères voir la fin de ton émission télé plutôt que de les gérer, il faut assumer de passer une nuit pourrie. Personnellement, leur faire respecter des horaires de leurs âges (couché à 21h max) ça me parait plus logique, mais va comprendre… En fait, c’est les parents que je mettrais volontiers en cage !

BILAN : des nuits courtes car monsieur travaille encore, même si c’est à la maison. 6h du mat, ça pique quand les voisins ont hurlé jusqu’à deux heures. J’ai des réserves encore bien remplies, même si je vais devoir aller chercher de l’eau et de la pâté pour chat. Mes félins dévorent comme des fous. Je ne sais pas ce qu’ils me préparent, mais en tout cas, ça ne sent pas bon (dans la litière non plus). Leur machiavélisme n’a pas de limite quand on squatte trop longtemps chez eux.

Une réflexion sur “Lettre d’une maman confinée #jour16

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.