Critique de « Dernier cri avant l’oubli » de Kate Brady

4eme de couv :

Arlington, Virginie – Neil Sheridan, ancien agent du FBI, enquête sur une série de meurtres qui lui rappelle étrangement un cold case. Voilà bientôt sept ans que Beth Denison tente de refaire sa vie avec sa fille et d’oublier cette nuit tragique pendant laquelle elle est parvenue à échapper à un serial killer. Mais un jour, un appel anonyme la rappelle à l’ordre, Bankes est sorti de prison et revient pour achever son œuvre…

Tout d’abord, merci à Karine du Club de Lecture pour ce partenariat, mon premier. Je lis rarement ce genre de littérature, c’est d’ailleurs mon premier « J’ai lu pour elle » et je retenterai l’expérience avec plaisir.

Ce thriller policier joue avec art sur l’horreur et la romance. On est balancé directement dans la tête du tueur en série qui commet ses meurtres sans détails trop glauques mais avec une précision et une froideur à vous faire faire des cauchemars.

Ce que j’ai le plus aimé, c’est que l’on découvre petit à petit le passé des personnages. Des indices sont donnés au fur et à mesure, distillés comme un poison angoissant qui vous rend complètement accro à l’intrigue. L’auteure joue sur le fil de notre frustration et de notre curiosité avec une maitrise absolue. Rien que pour cela, je lirai certainement ses autres livres.

L’écriture a quelque chose d’étonnant dans les descriptions, une nervositté de la plume au premier abord dérangeante mais qui s’inscrit parfaitement dans l’ambiance du roman. On place le décor, les personnages puis le rideau s’ouvre et l’action commence, haletante, nous entrainant sans précipitation au but final. Quelques longueurs sont a regretter, mais on les oublie vite tant on est emporté dans l’intrigue.

J’ai été un peu étonnée par le lien tissé entre Beth et Neil. Ses deux personnages aux sombres passés se sont brûlés les ailes et pourtant ils replongent un tout petit peu trop vite à mon gout, ou un tout petit peu trop fort… La romance ne tient pas la place principale dans l’histoire, mais elle a quelque chose de touchant qui m’a marqué. De la méfiance à la confiance, on suit leur cheminement et leur évolution personnelle avec plaisir.

Beth est une mère qui veut protéger sa fille de son passé et préserver son futur. Elle est prête à aller jusqu’au meurtre pour cela et j’ai apprécié cette force et cette volonté qu’elle prouve jusqu’au bout (même si je regrette un peu la fin où elle est sauvée par son prince charmant… bref). Neil revient de l’enfer et, motivé par ses sentiments, se reprend en main. Il est brillant, chaud bouillant, volontaire et attachant. Pas de problème de crédibilité ou d’incohérence dans ces personnages parfaitement réalisés et qui nous font vibrer.

Une mention spéciale pour le « méchant » de l’histoire. On apprend petit à petit son passé, les raisons de sa folie, les tourments qu’il subit et j’en suis venu à vraiment avoir pitié de lui. Je crois que les méchants que l’on comprend sont les plus marquants et croyez-moi, je n’oublierai pas Chevy Banks de si  tôt !

A lire si vous aimez les enquêtes policières et le côté psychotique terriblement vraisemblable du tueur en série. Moi j’ai aimé !

Publicités

Une réflexion sur “Critique de « Dernier cri avant l’oubli » de Kate Brady

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s